Olympe de Gouges… de retour chez elle à Montauban !

24 février 2014

Le 27 février à 21 h venez assister à une lecture pupitre de la pièce écrite par Elsa Solal sur Olympe de Gouges.

Ca se passe à la Mémo 2 rue Jean Carmet à Montauban. La mise en voix et en musique est effectuée par le Fitorio Théâtre :

Vanille Fiaux, Denis Boyer et Yoan Charles, son : Jonathan Seilman.

OLYMPE

Transmettre l’esprit de résistance… à Grenoble

5 février 2014

Murielle Szac©Bruno Doucey 72- copieDans le cadre du partenariat de la librairie Les Modernes de Grenoble avec le Musée de la Résistance et de la Déportation de l’Isère, rencontre Jeudi 13 février à 18h30 avec Murielle Szac, journaliste, écrivain, directrice de la collection, accompagnée des lectures de Gaëlle Partouche.
Rendez-vous au Palais du parlement, place Saint-andré,
entrée libre dans la limite des places disponibles

Jessie Magana et Elsa Solal : des ateliers d’écriture pour dire oui à l’égalité

10 décembre 2013

couv indifferencecouv olympeCouv_Gisele_HalimiJessieElsa Solal©Murielle Szac

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En ce mois de décembre, Jessie Magana et Elsa Solal participent au programme “Jeunes pour l’égalité” (http://www.adric.eu/index.php/aprait?id=17), un dispositif mis en place par la région Île-de-France dans un grand nombre de lycées. Des ateliers d’écriture avec des classes de seconde, autour de l’égalité filles-garçons. Les élèves, très motivés, sont invités à réfléchir aux stéréotypes sexistes et à leur influence sur les violences sexuelles. Au long de ces sept ateliers, Jessie Magana les invite à écrire des textes personnels, en utilisant  “Gisèle Halimi : Non au viol” comme point de départ. Elsa Solal fait de même avec “Olympe de Gouges : Non à la discrimination des femmes”. Une restitution de l’ensemble de ces ateliers, impliquant des écrivains, mais aussi des artistes, des comédiens, des slameurs  aura lieu en mai à l’académie Fratellini.

Ceux qui ont dit Non à Montauban

19 novembre 2013

camusRetrouvez six auteurs de la collection (Gérard Dhôtel, Bruno Doucey, Jean-Claude Mourlevat, Nimrod, Elsa Solal et Murielle Szac) au Festival Lettres d’automne de Montauban à partir de jeudi 21 novembre et jusqu’au samedi 23. Récital « Des voix pour dire Non » à 10h30 samedi à la Médiathèque.

Programme complet ici

http://www.confluences.org/lettres-d-automne-programme

Olympe sur scène… et avec la ministre !

19 novembre 2013

photoVous pouvez retrouver Olympe de Gouges sur scène au théâtre du Lucernaire jusqu’au 4 janvier dans Terreur-Olympe de Gouges. Une pièce écrite par Elsa Solal, auteur de Olympe de Gouges, non à la discrimination des femmes dans la collection. Une pièce mise en scène par Sylvie Pascaud. La ministre des droits de la femme, Najat Vallaud-Belkacem est venue assister à la représentation vendredi dernier et a été très émue par le spectacle. « Brûlant d’actualité  » a-t-elle dit au cours du débat qui a suivi la représentation (photo ci-contre)!

 

http://www.lucernaire.fr/beta1/index.php?option=com_content&task=view&id=1477&Itemid=56

Retour à Quimper…

8 novembre 2013

Ce samedi 9 novembre, le recueil de nouvelles  » Non à l’indifférence »conçu à Quimper au cours de l’Odyssée des Mots 2013 par le collectif d’auteurs de Ceux qui ont dit Non sera présenté au public. Rendez-vous à la Médiathèque des Ursulines à 15h30 !

couv indifference

 

Le prix Historia 2013 du livre de jeunesse pour Jean-Claude Mourlevat !

3 octobre 2013

Bravo à Jean-Claude Mourlevat qui a reçu lundi 30 septembre le prix Historia 2013 du meilleur roman jeunesse historique pour Sophie Scholl, Non à la lâcheté. Au cours de la cérémonie Jean-Claude a ainsi pu saluer le courage de cette jeune résistante allemande d’à peine plus de 20 ans qui lutta contre le nazisme au risque de sa vie, et finit guillotinée. En émettant le voeu que sa trajectoire fasse réfléchir les jeunes d’aujourd’hui, et pourquoi pas, les inspire.

photo 3photo 4

 

Ceux qui disent Non à la Marche des écrivains engagés à Bonifacio

14 septembre 2013

Venez marcher avec 4 auteurs de la collection Ceux qui ont dit Non, Elsa Sola, Ysabelle Lacamp, Bruno Doucey et Murielle Szac,  samedi 28 septembre à la Marche des écrivains engagés à Bonifacio.

Plus d’infos : http://www.bonifacio.fr/agenda-marche-des-ecrivains–.html

Couv-Non-à-l'indifférence_pour-le-webcouv LorcaCouv_Léonard Peltier_DEFokcouv olympecouv Hugo - copieCOUV marie durand OK TR 72couv JaraCouv_-mile Zolacouv individualisme TRElsa Solal©Murielle Szac

Ysabelle_-Lacamp_bonifacio_pourlewebbruno_murielle_lecture-2-pourleweb

Ceux qui disent Non aux Mots Doubs de Besançon

14 septembre 2013

Retrouvez Jessie Magana et Gérard Dhôtel au Festival Les Mots Doubs à Besançon les 20-21 et 22 septembre.

Et on croise les doigts pour Jessie Magana dont le « Gisèle Halimi, Non au viol » est en lice pour le prix des collégiens !

http://fetedulivre.doubs.fr/

Couv-Non-à-l'indifférence_pour-le-webCouv_Gisele_Halimiaffiche_ceux-qui-ont-dit-nonCouv_Non à l'esclavagecouv louise michel - copie

Mise en page 1GerardJessie

Non à l’indifférence !

14 septembre 2013

Et voilà le petit dernier qui sort la semaine prochaine le 18 septembre. Après la parution en 2012 de Non à l’individualisme, six auteurs de la collection renouvellent l’expérience et se réunissent le temps d’une résidence quimpéroise. Ces écrivains font résonner leur voix pour réveiller la solidarité et clamer un “non” collectif au fléau de l’indifférence. À cette occasion, chacun propose une nouvelle sur ce thème :
• J’ai tué quelqu’un de Murielle Szac : Un cheminot est confronté au pire : une jeune femme s’est jetée sur les
rails de son train, sous le regard agacé des passagers. Seul, il cherche à réagir, évoquer sa mémoire, rappeler
sa souffrance.
La Gourde de Gérard Dhôtel : Chloé subit sans rien dire les remarques désobligeantes de son professeur de
français. Elle s’enlise peu à peu, perd confiance, invisible aux yeux des autres. Sauf pour Thomas.
Ô douce nuit d’ Elsa Solal : Soirée de décorations de Noël pour cette maman qui élève seule son enfant.
Mais soudain, un cri, des coups, puis plus rien. Faut-il venir à l’aide de cette voisine qui se fait battre par
son mari ? Ou bien les ignorer au nom du fameux “respect de la vie privée” ?
Juste disparaître de Nimrod : Jonas est nouveau au lycée Condorcet. Malade, il est l’objet de toutes les
attentions, de tous les regards. Son indifférence envers les gens qui l’entourent meurtrit profondément le
narrateur, qui l’observe jalousement dans l’ombre.
Variations sur le là de Jessie Magana : Tous les matins, tous les soirs, il est là. L’homme du métro à la
jambe bandée, mal en point. Les gens passent devant lui avec désinvolture : il fait partie du décor. Un jour
pourtant, il ne bouge plus. Lorsque la narratrice tente d’appeler les secours, personne ne veut rien faire.
Pourtant, il était quelqu’un avant d’être avalé par la rue.
• Fille d’Atacama de Maria Poblete : Bernardita est douée, sage et intelligente. Elle est la fierté de sa mère qui
ne cache pas son mépris pour les manifestantes qui tentent de retrouver leur bébé volé pendant la dictature
au Chili. Son détachement cache un lourd secret…